Objet mai 2017

Amédée Varin (grav.), Karl Girardet (peint.), Assemblée de protestants surprise par des troupes catholiques, Paris, 19e siècle. © MIR, Genève.

Karl Girardet, Assemblée de protestants surprise par des troupes catholiques, Paris, 1842. © Musée du Désert, Mialet.

En 1685, par l’Édit de Fontainebleau, Louis XIV révoqua l’Édit de Nantes (1598) qui avait octroyé dans le royaume français une certaine liberté de culte aux protestants. Ces derniers, dans la période qui suivit cette révocation, furent à nouveau l’objet de persécutions ou encore de conversions forcées. Certains d’entre eux continuèrent à pratiquer leur culte dans la clandestinité, s’exposant au risque de terribles châtiments.

Cette œuvre de la collection du MIR représente une scène dramatique : cachée dans une grotte, une assemblée de protestants est surprise par des troupes catholiques. Au premier plan se trouvent des femmes et des enfants, dont on perçoit le désespoir. À gauche, un pasteur est empoigné par des soldats. On peut aisément imaginer le sort qui les attend.

Réalisée au 19e siècle par le graveur Amédée Varin (1818-1883), cette estampe reproduit un célèbre tableau, l’Assemblée de protestants surprise par des troupes catholiques, de la main du peintre d’histoire Karl Girardet (1813-1871). Ce dernier, originaire du Locle dans le canton de Neuchâtel, reçut pour cette peinture une médaille au Salon de Paris en 1842.

 

                                                  Samantha Reichenbach,  conservatrice