Objet PRINT! 2

 
Martin Luther (1483-1546) (trad.), Das Newe Testament Deutzsch, Wittenberg, Melchior Lotther, 1522. Prêt Fondation Bodmer.
 
Exilé au château de la Wartburg en 1521, suite à sa mise au ban de l’Empire, Martin Luther entreprit de traduire le Nouveau Testament dès la mi-décembre. Travaillant à partir de la seconde édition de la traduction d’Erasme (1519), il acheva son ouvrage en 11 semaines. Une première édition, illustrée de nombreuses gravures sur bois réalisées par Lucas Cranach l’Ancien (1472-1553), proche de Luther et artiste majeur de la Renaissance allemande, vit le jour en septembre 1522 (le « Testament de Septembre »). Elle connut un succès tel, qu’elle fut épuisée en à peine trois mois!
 
Son éditeur,  Melchior Lotther le Jeune, fit alors paraître une seconde édition en décembre de la même année, le « Testament de Décembre », dont un exemplaire est présenté au MIR dans son exposition PRINT ! Les premières pages d’une révolution. En raison de la polémique causée par certaines illustrations de la première édition, Cranach ajusta certaines gravures, afin de les rendre plus sobres. Ce fut le cas, notamment, pour plusieurs illustrations dans l’Apocalypse de Jean. La prostituée de Babylone (Apocalypse 17), par exemple, perdit la tiare papale qu’elle portait dans l’édition de septembre 1522.
 
Jusqu’à la parution de sa Bible complète en 1534, le Nouveau Testament traduit par Luther connut plus de 100 rééditions, dont près de 43 pour les années 1522 à 1525, ce qui témoigne de sa large réception. 
 
 
Emplacement: Salle de la Galaxie Gutenberg