A l’abri du besoin

Cette troisième réalisation de Norman Rockwell est la plus célèbre des quatre. Elle illustre la satiété sous la forme d’un repas familial de Thanksgiving particulièrement riche.

Pour les convives, des membres de sa famille et des voisins ont servi de figurants. Concernant la dinde, Rockwell déclara : «Notre cuisinière l’a faite rôtir, je l’ai peinte, puis nous l’avons mangée». Un observateur souligna que la scène garde une tonalité puritaine car si la nourriture y abonde, on ne boit que de l’eau…

Norman Rockwell, A l’abri du besoin