Espaces publics

Le 1er amendement de la Constitution américaine favorise l’expression religieuse dans l’espace public. Aucun problème à inscrire une confession de foi sur les dollars. Quant au drapeau américain, c’est un symbole sacré qui suscite un culte sévèrement réglementé.

In God we trust (54)

Cette définition n’est imprimée que depuis 1955 sur les dollars américains. Auparavant, on y lisait «E pluribus unum» («De plusieurs, faisons un»). Ce remplacement intervint en pleine Guerre froide où il s’agissait d’opposer la religion américaine à l’athéisme soviétique. Il fut également le résultat d’une offensive des milieux d’affaires et de la droite religieuse emmenée par Billy Graham contre les effets idéologiques d’une politique sociale très active des gouvernements américains.

Liberté religieuse (55)

Le 1er amendement de la Constitution américaine, adopté en 1791, interdit au congrès de promulguer des lois empêchant l’exercice de la religion. Aux USA, l’espace public laïc permet l’expression religieuse, contrairement à d’autres pays qui veulent reléguer la pratique de la foi dans la sphère privée. En Amérique, on n’hésite pas à parler publiquement de croyance, chrétienne, juive ou autre. La seule chose qui fâche, c’est l’athéisme. «In God we trust», précise chaque billet d’un dollar ou plus.

Version manuscrite du 1er amendement de la Constitution américaine, 1789,
The U.S. National Archives, fac-similé.

Drapeau (56)

Le drapeau des Etats-Unis fait l’objet d’une attention religieuse aux USA. Son utilisation est strictement réglementée. Les 13 lignes rouges et blanches de sa partie latérale représentent les Etats fondateurs de l’Union alors que les 50 étoiles dans le coin supérieur gauche symbolisent les Etats actuels du pays. Il doit être hissé sur les monuments publics 16 fois par année. Il existe un serment d’allégeance au drapeau où l’on souligne qu’il désigne une nation unie sous l’autorité de Dieu.