Dérivés

Sans le protestantisme pas de bircher, de corn-flakes ou de basketball? C’est beaucoup dire mais que ce soit pour les Quakers Oats, les Kellogg’s ou le basket, ce sont des protestants convaincus qui ont lancé ces marques ou pratiques populaires au-delà des USA. Dans le prêt-à-porter international, une marque née aux USA arbore discrètement une référence biblique dans son branding.

Quaker Oats (41)

Cette marque de céréales pour petits déjeuners est mondialement connue, notamment son logo représentant un quaker en habit traditionnel. Fondé en Angleterre au 18e siècle, le quakerisme s’est développé aux Etats-Unis sous l’impulsion de William Penn qui fonda la Pennsylvanie en 1682. Créée en 1877, la marque véhicule la réputation d’honnêteté de cette branche du protestantisme. En 2001, la société Quaker Oats a été rachetée par le groupe agroalimentaire Pepsico pour 13 milliards de dollars.

Corn Flakes Kellog’s (42)

C’est un adventiste qui invente les Corn Flakes en 1897. Le médecin John Harvey Kellogg (1852-1943) est convaincu que le café, la viande et les épices sont mauvais pour la santé. Pour concurrencer les petits déjeuners composés d’œufs ou de porridge, il crée les fameux pétales croustillants de blé puis de maïs. Avec le succès que l’on sait. John Kellog était un pionnier. Il conçut la première viande végétale et fit progresser la connaissance du rôle des microbes dans le développement des maladies.

Forever 21 (43)

«Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais ait la vie éternelle». La référence de ce verset biblique (Jean 3,16) est signalée dans un repli de tous les sacs de la marque «Forever 21». Fondée par le Sud-Coréen Do Wo Chang en 1984 à Los Angeles, cette chaîne de prêt-à-porter a connu un succès planétaire jusqu’en 2019. Chrétien militant, son fondateur confiait que «Forever 21 donne de l’espoir à quiconque débarque sans rien aux Etats-Unis».

Basketball (45)

Le basketball voit le jour en 1891 dans une YMCA américaine. Fondée quarante ans plus tôt, la «Young Men Christian Association» est un lieu d’édification morale et sportive pour des jeunes gens désœuvrés au sortir de l’usine. Il s’agit de les détourner de la vie licencieuse. Un étudiant en théologie, James Naismith, invente un jeu collectif sur le modèle du football et du rugby, mais en diminuant les risques de blessure et susceptible de se dérouler en salle, quelle que soit la saison.