Who is who

Baptistes (58)


17% d’Américains

C’est la principale dénomination protestante des Etats-Unis aujourd’hui. La première église baptiste date de 1609. Elle a été fondée en Hollande par un pasteur anglais en rupture avec l’Eglise anglicane. Héritiers des anabaptistes et des puritains séparatistes anglais, les Baptistes pratiquent le baptême des adultes par immersion, d’où leur nom. Certaines dénominations reconnaissent le ministère féminin, et c’est en 1815 que la première femme baptiste fut consacrée pasteure aux Etats-Unis.
Célébrité : Britney Spears

Catholiques- romains (59)


24% d’Américains

Le catholicisme est longtemps resté confidentiel aux USA. Même si le Maryland, a été créé pour accueillir des migrants catholiques au 17e siècle, c’est le rattachement de la Californie et de la Floride à l’Union qui a provoqué l’expansion d’une confession dont l’influence a considérablement augmenté avec les grandes migrations italienne et irlandaise au 19e siècle. L’Eglise catholique américaine a longtemps suscité la méfiance en raison du fait qu’elle dépend d’une autorité extérieure au pays.
Célébrité : Georges Clooney

Congrégationalistes (60)


Moins d’1% d’Américains

Apparus durant la Réforme anglaise, au 16e siècle, les congrégationalistes prônent l’autonomie totale des paroisses, sans autorité centrale ecclésiale, ce qui les différencie des presbytériens, pourtant eux-aussi « réformés » et donc proches des enseignements de Calvin. Ils se distinguent aussi de l’anglicanisme, qu’ils veulent « purifier » des influences trop catholiques et des compromissions avec l’Etat, d’où leur surnom de « puritains ». Ce sont eux qui arrivent à bord du Mayflower en 1620.
Célébrité : Barak Obama

Episcopaliens (61)


2% d’Américains

Fondée en 1789, l’Eglise épiscopalienne est la forme américaine de l’Eglise anglicane dans les colonies d’Amérique, dès 1607. Elle fait l’objet d’un rejet lors de la Révolution car trop assimilée à la couronne britannique. Les épiscopaliens, comme tous les anglicans, n’ont pas de confession de foi et se fondent sur les grands textes conciliaires des débuts du christianisme. Ils se distinguent aujourd’hui par leur progressisme et leur engagement en faveur des minorités sexuelles et de genre.
Célébrité : Mariah Carey

Luthériens (62)


4% d’Américains

Les immigrants luthériens venus de Scandinavie et d’Allemagne organisent les premières communautés aux 17e et 18e siècles. Aujourd’hui, les Luthériens d’Amérique sont divisés entre trois grandes Eglises qui s’accordent sur les fondamentaux de la doctrine de Luther (la grâce, la foi et l’Ecriture seules, et la justification par la foi), mais diffèrent sur l’autorité de la Bible, à lire de manière littérale ou non, et sur des questions éthiques (homosexualité, avortement, ordination des femmes…).
Célébrité : Bruce Willis

Mennonites (63)


Moins d’1% d’Américains

Tirant leur nom de Menno Simons (1496-1561), fondateur aux Pays-Bas d’une version strictement non-violente de l’anabaptisme, les mennonites sont persécutés en Europe tout au long du 17e. Le Quaker William Penn leur propose de se réfugier en Pennsylvanie où ils s’installent en 1683. Ils refusent tout service militaire et, pour certains, les progrès techniques, à l’instar des Amish. Ces derniers suivent les enseignements d’un dissident des mennonites, le Suisse Jakob Amman (1645-1730).
Célébrité : John Denver

Méthodistes (64)


5% d’Américains

Péjoratif à l’origine, le terme «méthodiste» désignait la piété «méthodique» de ses adeptes. Au 18e siècle, John Wesley lança un mouvement au sein de l’Eglise d’Angleterre, centré sur l’étude de la Bible, la conversion individuelle et l’enthousiasme communautaire destinés à secouer l’apathie de l’Eglise officielle. Grâce au succès de sa méthode, il réussit à faire souche en Amérique vers 1770. Une grande diversité d’opinions théologiques et politiques traverse aujourd’hui ce mouvement.
Célébrité : Hillary Clinton

Pentecôtistes (66)


5% d’Américains

Le pasteur afro-américain William Joseph Seymour (1870-2011) fait naître le mouvement pentecôtiste en 1906 à Los Angeles. En 2020, c’est la communauté religieuse qui connaît la plus forte croissance dans le monde. Les Pentecôtistes mettent l’accent sur la transformation de la vie par la foi et par le baptême du Saint-Esprit, une expérience qui se traduit par le «parler en langues». La référence à l’épisode biblique de la Pentecôte vient de là. La Bible détient une autorité définitive en matière de foi.
Célébrité : Jerry Lee Lewis

Presbytériens (67)


3% d’Américains

Les premiers Presbytériens viennent d’Angleterre et d’Ecosse. C’est au Réformateur John Knox qu’on doit l’appellation de ces Eglises anglo-saxonnes proches des Eglises réformées d’Europe continentale. Elles mettent l’accent sur l’éducation et la mission. Des divisions internes sur la question de l’esclavage marquent le 19e siècle. Au 20e siècle, les Presbytériens se montrent progressistes sur des questions relatives à l’environnement, la morale sexuelle, l’œcuménisme et l’éthique économique.
Célébrité : Ronald Reagan

Quakers (68)


Moins d’1% d’Américains

En 1652, le dissident anglais George Fox crée la société religieuse des Amis. Ses disciples sont connus sous le terme de Quakers («trembleurs»), sobriquet infligé par leurs détracteurs qui se moquent de leur légendaire agitation au cours du culte. Dès 1656, on observe leur présence aux Etats-Unis. Ce mouvement fait une large place aux laïcs et, dès le 17e siècle, aux femmes. Les Quakers furent très impliqués dans la lutte abolitionniste au 19e siècle. Leurs cultes sont particulièrement sobres.
Célébrité : Joan Baez

Réformés (69)


Moins d’1% d’Américains

Ces Eglises issues de l’immigration néerlandaise au 17e siècle appartiennent à la mouvance de la Réforme calvinienne, dont elles défendent une stricte observance. Elles professent l’infaillibilité et l’inspiration littérale de la Bible et prônent une morale conjugale rigoureuse. L’une d’elles soutient le Calvin College et le Calvin Seminary, lieux d’enseignement supérieur et théologique renommés à Grand Rapids, Michigan.
Célébrité : Paul Schrader

Autres (65)


13% d’Américains

Cette catégorie regroupe les protestants qui ne s’identifient à aucune tradition spécifique mentionnée ici («non-denominational»). On y retrouve entre autres les Mormons, des groupes millénaristes comme les Adventistes qui attendent le retour du Christ sur terre, ou « restaurationnistes » qui veulent restaurer la pureté du christianisme des origines. Certaines de ces croyances peuvent être partagées par quelques-unes des traditions citées ici.
Célébrité : Prince (Témoin de Jéhovah)