Interview de David Spero

David Spero obtient un master en photographie du Royal College of Art de Londres en 1993. Il est l’auteur de plusieurs séries de photographies fortement interconnectées. En 2007, il publie Churches avec Steidl. Cette série fait l’objet d’une exposition au National Media Museum de Bradford, en 2011. Depuis plusieurs années, sous le titre Settlements, il photographie des maisons construites par leurs propriétaires dans des éco-communautés. Ces œuvres sont exposées au Photographers Gallery de Londres, en 2006, et au Tate Britain, dans le cadre de l’exposition « How we are : Photographing Britain », en 2007. En 2007, il séjourne à Oulu, en Finlande en tant que boursier du Arts Council International. Il est ensuite premier "PhotoWorks Fellow" de l’Ecole Britannique de Rome en 2009. Ses œuvres font partie de plusieurs collections, dont celles du British Council, du National Media Museum, et du Victoria and Albert Museum.

Quelle démarche vous a conduit à réaliser ce travail photographique sur les lieux de culte?
La série "Eglises" est issue d’une curiosité par rapport à la foi évangélique, dont le déclencheur initial fut un panneau devant une église annonçant les heures du culte, d’une part, et les écrits de l’auteur de science-fiction américain Philip K. Dick, de l’autre. Dick raconte ses expériences mystiques chrétiennes et ses efforts pour en comprendre le sens, plus particulièrement ses difficultés pour distinguer les hallucination des vraies révélations. Il finit par croire qu’il était en communication avec une divinité semblable à Dieu, qui est omniprésente et immanente dans l’univers.

Ses romans sont souvent des histoires de rédemption, mettant en scène des personnages qui vivent une rupture dans leur perception de la réalité et renaissent dans un nouveau paradigme, avec une conscience décuplée. Cela m’est apparu comme un reflet de la foi évangélique et l’expérience de la « nouvelle naissance ».

A l’époque où je lisais ses romans, vers la fin des années nonante, j’ai été frappé par l’apparition dans le paysage de nombreuses nouvelles églises évangéliques. J’ai débuté cette série en 2001.

Quelles sont, pour vous, les qualités spécifiques du médium photographique par rapport aux autres outils de l’art?
La photo est, selon moi, particulièrement adaptée pour distiller et documenter les choses qui m’intéressent, avec retenue et de façon tranquille.

Que représente pour vous le mot Réforme?
Je ne sais pas grand-chose sur la Réforme, mais j’ai l’impression que c’était une réponse aux effets de la croissance et du progrès de la pensée scientifique.

En quelques mots, comment définiriez-vous Genève?
Je ne connais pas Genève.