Vendredi 19 Juillet 2024 : Ouvert 10H00-17H00

La boutique du MIR

Résonance des œuvres

Découvrir

Partager cette page sur les réseaux sociaux :

Anciennement attribuée à Rembrandt, la peinture de Van der Pluym ci-dessous résonne bien avec la gravure du maître. Décryptage de deux œuvres qui crée le lien entre l’exposition permanente et Rembrandt et la Bible. Il s’agit du même motif d’une femme âgée lisant la Bible.

Dans sa forme gravée, elle est réalisée par Jan Georg van Vliet vers 1631 d’après la belle peinture de Rembrandt. Il pourrait s’agir de la mère de l’artiste. On l’associe également à la prophétesse Anne qui est une des premières personnes à reconnaître en Jésus une figure messianique alors que ses parents l’ont amené tout bébé au Temple de Jérusalem pour une présentation, comme le veut la tradition.

Vieille femme lisant, Jan Georg van Vliet d’après Rembrandt, Musée d’art et d’histoire, Genève

Vieille femme lisant, Jan Georg van Vliet d'après Rembrandt, Musée d'art et d'histoire, Genève
Vieille femme lisant la bible, Karel van der Pluym, Musée d'art et d'histoire, Genève

Anne a 84 ans. Son identité de femme prophète est peu courante dans l’Antiquité. Exécuté par Karel van der Pluym, élève de Rembrandt en 1660, la même figure se déploie sur un grand tableau dans l’exposition permanente à propos des effets de la Réforme dans la Hollande du 17ème. La Bible y est désormais “en libre accès”. Les femmes ont le droit de la lire.

Vieille femme lisant la Bible, Karel van der Pluym, Musée d’art et d’histoire, Genève

Le tableau s’anime à travers un dispositif de réalité augmentée1. La mère de Rembrandt ou la prophétesse Anne explique au visiteur qu’il a fallu quand même attendre le 20ème siècle pour qu’une femme soit consacrée pasteure en Suisse…

  1. Quinze oeuvres du MIR sont animées en réalité augmentée, disponible sur iPad gratuitement. A demander à l’accueil.